Les invités d’honneur
du SoBD 2018

Chaque année, le SoBD met à l’honneur deux personnalités de la bande dessinée : un artiste et un auteur de textes sur la bande dessinée ayant notamment porté son travail sur l’artiste en question. En 2018, le SoBD accueille Marc-Antoine mathieu, artiste trans-disciplinaire auteur d’une œuvre qui ne cesse de questionner la bande dessinée et le livre, et LAURENT GERBIER, philosophe et très bon connaisseur du 9e Art, co-directeur de la collection Iconotexte des Presses Universitaires François Rabelais.

Marc-Antoine Mathieu & Laurent Gerbier

Invités d’honneur du SoBD 2018

Marc-Antoine Mathieu

Depuis Paris-Mâcon, écrit avec ses frères et paru il y a trente ans dans la célèbre collection X de la maison Futuropolis, Marc-Antoine Mathieu a produit un peu plus d’une vingtaine de livres. S’il n’est donc pas un auteur prolifique, comme le 9e art en connaît, il s’est fait rapidement remarquer grâce aux pérégrinations oniriques de Julius Corentin Acquefacques. Cette série, mettant en œuvre un même personnage, a traversé un quart de siècle (de 1990 – L’Origine – à 2013 – Le Décalage) en ne déployant qu’une demi-douzaine de titres. Chacun d’entre eux questionnant un ou plusieurs des fondements de la bande dessinée (statut du personnage, construction du récit, bi-dimensionnalité du dessin, couleur, etc.), le temps nécessaire à la création de chaque opus augmentait progressivement, témoignant de la méthode de l’artiste : élaborer une œuvre moins pressée par l’ urgence du dessin et de la publication que par la nécessité d’une approche réfléchie.

Si Mathieu appartient indéniablement aux grands artistes français de bande dessinée, son parcours et son travail ne peuvent cependant être restreint au périmètre d’une seule discipline. Sculpteur de formation, Marc-Antoine Mathieu est aussi affichiste, metteur en scène et scénographe, ne dédaignant pas l’installation. Quant à son attitude interrogative, tournant autour d’une pratique artistique afin de mettre en lumière toutes ces évidences qui n’en sont pas, elle a également porté sur le dessin lui-même, et sur le livre en tant qu’objet.

En matière de dessin, précisément, Mathieu s’est résolument installé dans un noir et blanc dont la filiation artistique est ancienne et fort prestigieuse dans la bande dessinée, traversant les continents depuis le début du XXe siècle (Sickles, Caniff, Breccia, Pratt, Muñoz, Comès pour n’en citer que quelques-uns). Ses larges surfaces sombres annoncent d’abord le refus d’une compromission chatoyante qui pourrait dissimuler trop facilement la beauté du trait, mais aussi les angoissants sous-entendus de la pratique artistique. Au cœur du noir, le blanc qui subsiste est aussi une lueur faible mais tenace : celle de la raison qui demeure au-dessus de l’immensité qui nous échappe.

Marc-Antoine MATHIEU (c) Roller

Marc-Antoine MATHIEU, invité d’honneur du SoBD 2018 (photo Roller – tout droit réservé)

Laurent Gerbier

Pour parler de la transdisciplinarité du travail de Marc-Antoine Mathieu, il fallait à ses côtés une personnalité qui la pratique également. Tel est bien le cas de ce philosophe spécialiste de la Renaissance, auteur d’une thèse sur Machiavel, secrétaire de la Société internationale des Amis de La Boétie, qui entretient également depuis longue date une réflexion sur la bande dessinée. Outre ses travaux menés dans le champ de l’Université, Laurent Gerbier a multiplié depuis un quart de siècle les textes sur la BD. Des écrits publiés dans les pages de Critix, de Neuvième Art, de Regards mais aussi et surtout sur Du9.org.

C’est plus récemment que les deux orientations des recherches de Laurent Gerbier ont pu converger, les études sur la bande dessinée rejoignant les enseignements de la Faculté avec la création en 2009 d’un cours sur les images narratives et la prise en charge d’un autre consacré à l’histoire de l’édition de bande dessinée. En 2010-2011, avec l’InTRu, un laboratoire de recherche dont il est associé, Laurent Gerbier organise la résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu. Expositions, conférences, et rencontres se succèdent pendant un an, en présence du dessinateur.

En 2012, Laurent Gerbier créé avec Cécile Boulaire la collection « Inconotextes » aux Presses Universitaires François Rabelais. Celle-ci accueille aujourd’hui une quinzaine de titres, dont une bonne partie est consacrée à la bande dessinée.

Laurent Gerbier (c) Marie Petry 2011

Laurent Gerbier invité d’honneur du SoBD 2018, photographie par Marie Petry (c) 2011

Marc-Antoine Mathieu et Laurent Gerbier seront tous deux présents sur le SoBD le samedi 8 décembre 2018, à l’occasion du Cycle des invités d’honneur. Il s’agit d’une série de trois tables rondes permettant de découvrir et d’approfondir le travail de Marc-Antoine Mathieu. Avec d’autres invités (Étienne Lécroart, Pascal Krajewski), ils échangeront autour de diverses facettes de l’œuvre du créateur de Julius Corentin Acquefaques, abordant la question de l’œuvre et de ses contraintes ou encore celle de la ville et du labyrinthe. Le travail de Marc-Antoine Mathieu fera également l’objet d’un accrochage au Musée éphèmère, où l’on pourra admirer une soixantaine de pièces, essentiellement originales.

Précédentes éditions

Invités d’honneur depuis 2012

Edmond BaudouinInvité d’honneur du SoBD 2017
Philippe SohetInvité d’honneur du SoBD 2017
Florence CestacInvitée d’honneur du SoBD 2016
Jean-Luc CochetInvité d’honneur du SoBD 2016
Daniel GoossensInvité d’honneur du SoBD 2015
Yves FrémionInvité d’honneur du SoBD 2015
David B.Invité d’honneur du SoBD 2014
Jean-Marc PontierInvité d’honneur du SoBD 2014
CatelInvitée d’honneur du SoBD 2013
José-Louis BocquetInvité d’honneur du SoBD 2013
Denis BajramInvité d’honneur du SoBD 2012
Thierry BellefroidInvité d’honneur du SoBD 2012